La cérémonie du thé – "Chanoyu"

" La cérémonie du thé requiert des années d’entraînement et de pratique… bien que l’ensemble de cet art, comme ses détails, ne signifie pas plus que faire et servir une tasse de thé. La chose la plus importante consiste à ce que l’acte soit réalisé de la manière la plus parfaite, la plus polie, la plus gracieuse et la plus charmante possible."

Lafcadio Hearn

Avant de commencer cette lecture "oh" combien intéressante et précise, il est bon de savoir qu’il est difficile de parler de quelque chose d’aussi précis, d’aussi technique et d’aussi important que la cérémonie du thé, en quelques phrase à la va-vite. Même si j’ai tenté du mieux que j’ai pu, de ne pas rentrer dans les détails, l’article est quand même assez long, alors ne le lisez pas en diagonal. Attendez plutot de prendre le temps de la lecture, calmement …

Un peu d’histoire …

Mais juste un peu parce qu’au sinon, c’est chiant. La cérémonie du thé, appelée "Chanoyu" tirerait ses origines d’un moines bouddhistes, ayant ramené de chine l’habitude de boire du thé pour le plaisir, en opposition à son utilisation médicale.

Mais c’est au XIIeme siècle que le thé vert (matcha) est introduit. Produit à partir de la même plante que celle produisant le thé noir (mais non fermenté) il fut en premier utilisé par les moine pour les rituels religieux des monastères.

Au XVIeme siècle, boire du thé devient une habitude parmi toute les classes sociales. A cette période naît les concept de base de la cérémonie du thé tel qu’elle est encore pratiqué aujourd’hui. Le ichi-go ichi-e, que l’on traduit par " une fois, une rencontre" considère que chaque rencontre est unique et devrait être célébrée comme tel. Une  nouvelle forme d’architecture et de jardin nait de ce concept, participant au développement complet de la cérémonie. Les principes qu’on y associe sont l’harmonie, le respect, la pureté et la tranquillité.

La cérémonie

La cérémonie à proprement parlé consiste en une suite précise d’étapes et de gestes, allant de la préparation de la pièce recevant les hôtes, à la fabrication et à la dégustation du thé.

Pour commencer, le maître de cérémonie purifiera le service à thé à l’aide d’un linge de soie, chauffera l’eau à une température précise, versera l’eau sur le Matcha (poudre de thé vert) dans chaque bol, et fera naître une délicate mousse à l’aide d’un fouet de bambou, avec des mouvements prédéfinis.

Pendant ce temps, la conversation des invités est ramené a son strict minimum. La contemplation, la relaxation au son des instrument et de l’eau ainsi que l’apaisement par l’encens et l’odeur du thé prédominent sur le besoin de s’exprimer.

Le maître de cérémonie présentera ensuite, à part égale, le breuvage à chaque invité avec respect et humilité. L’invité, membre actif de la cérémonie, devra à son tour boire le thé avec humilité et respect, Pour cela, il reçoit des mains du Maître (ou d’un assistant) le bol, salue le maître, tourne son bol pour ne pas boire sur son "avant" (la partie noble du bol), puis boit le thé par petite gorgés, en veillant à faire un léger bruit de succion sur la dernière gorgée (mais cela varie encore une fois selon les écoles).

Une fois que chaque invité a bu son thé, le maitre de cérémonie nettoie les ustensiles. L’invité d’honneur demandera alors à examiner les ustensiles, de l’écope à eau jusqu’au bol à thé. Chaque ustensile est traité avec le plus grand soin, du fait de leur valeur inestimable, et son tenus avec un tissu prévu à cet effet. Les invités rendent les ustensiles au maître, et quitte la maison du thé sous le salue du maitre, mettant ainsi fin à la cérémonie.

Les pratiques peuvent divergé selon les écoles et c’est ici un résumé des étapes de la cérémonie qui peut durée de 45 minutes à plus de 4h, selon le type de cérémonie, de repas (s’il y en a un) et de thé servi.

"Lorsque le thé est fait avec l’eau tirée des profondeurs de l’esprit
dont le fond dépasse la mesure, nous avons vraiment ce que l’on appelle le chanoyu"

Toyotomi Hideyoshi

Les ustensiles

Chakin (茶巾), une toile blanche et rectangulaire de lin ou de chanvre est utilisée pour le rituel du nettoyage du bol.

Fukusa (袱紗), le fukusa est un carré de soie utilisé pour le rituel du nettoyage de l’écope et du natsume oucha-ire, et pour tenir la bouilloire chaude et son couvercle. Le fukusa est parfois utilisé par les invités pour protéger les ustensiles du thé lorsqu’ils les examinent (habituellement, ce fukusa est particulier et est appelé kobukusa ou petit fukusa).

Louche (hishaku 柄杓), une longue louche en bambou possédant un nodule au centre du manche. Elle est utilisée pour transférer l’eau du et vers les pots en fer et les récipients d’eau fraîche dans certaines cérémonies. Il en existe différents styles utilisés pour différentes cérémonies, mais aussi pour différentes saisons.

Le bol à thé (chawan 茶碗), est sans doute l’élément essentiel. Les bols à thé sont disponibles dans une large gamme de tailles et de styles, et différents styles sont utilisés pour le thé fort et le thé léger (voir cérémonie du thé ci-dessous). Des bols peu profonds, qui permettent au thé de refroidir rapidement sont utilisés en été ; des bols profonds sont utilisés en hiver. Les bols sont fréquemment nommés par leurs créateurs ou leurs possesseurs, ou encore par un maître du thé.

Boîte à thé (natsume, cha-ire 棗、茶入れ). Les boîtes à thé existent en deux styles basiques différents, lenatsume et le cha-ire, à travers lesquels il y a une variation des formes, des tailles et des couleurs. Lenatsume est nommé ainsi pour sa ressemblance au fruit natsume (la jujube). Il est court avec un couvercle plat, un fond arrondi, et il est habituellement fait de bois laqué ou non traité. Le cha-ire est habituellement grand, étroit (mais les formes varient significativement) et possède un couvercle d’ivoire muni d’une feuille d’or en dessous. Le cha-ire est habituellement en céramique et est contenu dans des sacs décorés. Le natsume et le
cha-ire sont utilisés dans des cérémonies différentes.

Écope à thé (chashaku 茶杓). L’écope à thé est sculptée à partie d’une seule pièce de bambou possédant un nodule approximativement en son centre. Elles sont utilisées pour écoper le thé de la boîte à thé au bol à thé.

.

Fouet (chasen 茶筅), les fouets à thé sont sculptés dans une seule pièce de bambou. Il y en a des épaisses et des minces pour le thé fort et le thé léger. Les vieux chasen abîmés sont simplement jetés. Une fois dans l’année, généralement en mai, ils sont pris dans les temples locaux et brûlés lors d’une simple cérémonie appelé chasen koyō, qui exprime le respect avec lequel sont traités les objets de la cérémonie du thé.

.

La cérémonie en images qui bougent

A l’air du web deux point zéro, il est plus simple de vous donner un appercu live d’un cérémonie du thé. Appréciez la précision des gestes, la rigueur avec laquelle le maître de cérémonie suis chaque étape, s’appliquant à être aussi précis que possible.

Une réponse à La cérémonie du thé – "Chanoyu"

  1. Gaëlle dit :

    Très instructif, merci pour ces détails !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s